Sortie du premier album de Cachou-Cachou

Cachou-Cachou, groupe phare de L’Évasion, a sorti fin 2020 son premier album de cinq titres originaux. Un éloge du vivre ensemble et du partage dans la différence…

 

09.12.2020. «Nous, c’est Cachou-Cachou!», entament-ils en chœur, annonçant la couleur –ou plutôt les couleurs. Car le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils débordent d’imagination et qu’ils ont un univers très imagé, les sept musiciens et chanteurs du groupe phare de L’Évasion.

Dans leur premier EP, qui vient de sortir, tout comme durant leurs concerts, ils se promènent entre refrain valsant, funk trémoussant et reggae chaloupant.

Un an de travail

Résultat d’un an de résidences successives avec la chanteuse, compositrice et claveciniste Marie Gélis (Marie et son Complice, Rose Babylone), leurs compositions, que ce soit Jugez-moi, Gwendoline la ballerine, Les couleurs de la vie, Margot Tricot ou Nous, c’est Cachou, sont à leur image: pleines de sensibilité. Les thèmes qu’ils abordent partent de leur quotidien, donnant d’autant plus de force à leurs paroles qui deviennent universelles lorsqu’ils évoquent le respect, la dignité, l’absence de jugement, lorsqu’ils font l’éloge du vivre ensemble et du partage dans la différence.

Ils ont enregistré leur cinq-titres fin août 2019 aux Downtown Studios à Strasbourg, loin de leurs débuts à Sélestat. Le groupe est né en 2012 avec les mêmes artistes, même si leur nom de Cachou-Cachou n’est apparu que trois ans plus tard, à la faveur d’un concert de Sepia Mambo, un autre groupe de L’Évasion auquel ils participent tous les sept.

Leurs propres compositions

Lors de leurs déambulations rétro-acoustiques, les chanteurs accompagnaient les rythmes avec divers objets, dont les célèbres petites boîtes jaunes de bonbons à la réglisse, qui leur servaient de shakers. Ils ont enchaîné sur cinq ans de scène, proposant des reprises variées, de Ben l’Oncle Soul à Zaz, de M. à Ed Sheeran ou Philippe Katerine.

Depuis, leur répertoire, bien que toujours aussi riche et varié, a quelque peu changé, avec l’arrivée de leurs propres compositions. Dans leurs titres, ils appellent à ne pas juger «mes cicatrices et ma folie», «mon style et mes kilos», invitent à «laisser rêver les nuages» et à célébrer les «couleurs de la vie».

Eux, c’est Cachou-Cachou et ils aiment enchanter le public!

Les visuels créés par l’Atelier graphique et plastique

A noter que l’album a également mis à contribution d’autres artistes de L’Évasion. Les visuels de la jaquette, du CD et du livret de l’album ont été réalisés par l’Atelier plastique et graphique.

Vente

L’album est en vente à L’Évasion, 1 rue du Tabac à Sélestat.
Retrouvez-le dans notre Boutique.
Attention. L’Evasion sera fermée du vendredi 18 décembre au soir au lundi 4 janvier au matin.


Les musiciens

Soufian Boulaich

Chanteur

Petit, il baignait dans la musique arabe, orientale et espagnole qu’écoutait sa maman à la maison ou dans la voiture. Adolescent, il a admiré son ami Mohamed, qui «chantait très bien». Ni une, ni deux, il s’est mis à répéter. Lorsqu’il s’est lancé au micro lors d’une fête de Noël, quelques semaines plus tard, il a remporté le premier prix de playback! Aujourd’hui, ses influences vont du R’n’B au raï, en passant par «l’opéra de temps en temps». Ce fan de films d’action et de comédies, qui a aussi, dix ans durant, fait partie de la Rockale, ensemble vocal de Sélestat, apprécie regarder et écouter les clips sur les chaînes musicales, lire les biographies des stars. Ce qu’il affectionne par-dessus tout? «Les concerts, les festivals, voyager, découvrir de nouvelles scènes…» Et il se fait un point d’honneur à donner le meilleur de lui-même «pour divertir le public».

Laetitia ‘Laeti’ Cunill

Chanteuse

Elle a toujours aimé chanter, «depuis toute petite». Pas étonnant lorsqu’on a un papa et une maman originaires de La Réunion qui adorent la musique créole – séga et maloya. Laetitia Cunill s’est lancée dans le chant à l’âge de 13 ans, en intégrant la chorale d’une église à Mulhouse. Dans ces mêmes années collège, elle a participé à la création, avec le prof de musique, d’un album de reprises, «impressionnée par les micros et les casques sur les oreilles». Au collège, elle a participé à une comédie musicale qui rassemblé deux collèges sur scène, notamment à La Filature, à Mulhouse. Après un bref passage dans la cuisine et dans les fleurs, Laetitia Cunill est revenue à ses premières amours, la musique, à L’Évasion. Coquette, elle aime se maquiller, mettre de jolies robes et de beaux bijoux pour monter sur scène. Ce qu’elle aime dans Cachou-Cachou? «Les concerts, qui permettent de partager la musique avec le public…»

Frédéric ‘Freddy B.’ Hérisson

Bassiste

Il dit en plaisantant «avoir commencé la musique avant la naissance». Pas faux quand on avait un «père batteur, qui faisait partie d’un orchestre de biguine en Guadeloupe, qui jouait de la guitare pour ma mère…». Frédéric ‘Freddy B.’ (B. à l’américaine comme ‘‘bass’’) Hérisson a débuté par la batterie à l’âge de 12 ans, avant de passer à la basse à 17 ans, «parce que c’est complémentaire». Il a fait partie de plusieurs groupes à Mulhouse où il réside,  montrant son éclectisme musical: Tombé Levé (funk, reggae), Kathy Faller (afrobeat) et même son propre quartet, Héri’Son, qui propose du latin jazz en général et du son, genre musical typique de Cuba, en particulier. Influencé par l’acid jazz, il apprécie tout particulièrement créer des lignes de basse, qu’il lance dans le quintet de jazz Sirocco. Ce qu’il aime dans Cachou-Cachou? «La bonne humeur au sein du groupe, les concerts, les tournées…»

Gilles Klopfenstein

Pianiste

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Gilles Klopfenstein reste fidèle à son instrument de prédilection, le piano électrique, qu’il a commencé dès l’âge de 4 ans. Ce qu’il aimait, déjà à l’époque? Toutes les émotions très fortes que procure la musique, influencé peut-être par Nana Mouskouri qu’écoutait sa mère. «Elle chante la vie, l’amour, les destinées. C’est un mode de vie, ses paroles, une thérapie. Que ce soit gai ou triste, c’est la vie qui est chantée sur scène.» Plus tard, il a participé à de nombreux concours, Yamaha notamment, y compris lors d’une finale sud-européenne à 13 ans à Palma de Majorque, avant de pratiquer le jazz au Conservatoire de Strasbourg. Piano voix, piano bar, il a longtemps joué en solo lors de vernissages et autres événements privés. Fan de variété internationale, d’Elvis Presley, de Bruce Springsteen ou de Keith Jarrett, il aime «exister par la musique, transmettre des émotions, être sur scène…» Parce que, derrière tout cela, il y a «la joie de vivre». Et peut-être aussi «l’amour avec un grand A – inexplicable, incroyable».

Geoffrey ‘Djo’ Masson

Batteur

Enfant, il admirait son cousin Franck. C’est ce qui a convaincu Geoffrey ‘Djo’ Masson de commencer la batterie à l’âge de 8 ans. Au fil de sa scolarité, il a joué dans des ateliers de percussions à Colmar et à l’Harmonie de Sigolsheim. Il est «fier» d’en avoir fait son métier, de sortir un album, heureux de pouvoir naviguer au quotidien entre la rythmique apportée par la grosse caisse, la variété accentuée par les toms, la couleur donnée par les cymbales. Ses goûts musicaux font le grand écart. Fan de métal et de musique celtique, il écoute ses titres favoris en parcourant le centre de Sélestat sur sa trottinette et répète le soir, chez lui, les airs qui lui «trottent dans la tête». Ce qu’il aime? «Prendre du plaisir à jouer en groupe, continuer à apprendre, la bonne ambiance, les concerts, partager avec le public, lui donner du plaisir.»

Frédéric ‘Fred’ Rieger

Guitariste et clarinettiste

Guitare, ukulele, clarinette, clarinette basse, guitare, chant… Frédéric ‘Fred’ Rieger jouent autant d’instruments qu’il explore d’univers. Que de chemin parcouru depuis ses débuts à la clarinette à l’âge de 7 ans, sa participation à l’harmonie du village comme musicien puis comme chef d’orchestre. Ses influences se sont multiplées, comme le montrent les compositions épicées de Cachou ou ses explorations sonores dans l’orchestre de la Compagnie de L’Évasion. Son amour pour la musique métissée, du voyage et de l’aventure, il l’affiche également dans Babanu Quartet, son autre groupe, né d’une passion pour la musique klezmer. Là, il se balade des origines en Europe Centrale jusqu’à ses formes nouvelles, en passant par son intégration au jazz américain et des détours parfois audacieux du côté du jazz manouche. Le musicien aime aussi transmettre: il a choisi la voie du Dumims, Diplôme universitaire de musicien intervenant en milieu de la santé, qu’il a obtenu au CFMI.

Jonathan ‘John’ Schemyte

Percussionniste

Il a commencé à 14 ans par le djembé, s’accompagnait au chant. Jonathan ‘John’ Schemyte a joué au sein d’Afri’Carel, un groupe de chant et de percussions de Saint-Nicolas-de-Port en Lorraine. À son arrivée à L’Évasion, il a ajouté à son arc conga, cajon, claves ou encore shaker… Aucun doute pour lui: «C’est avec les percussions que je me sens le plus à l’aise.» Ses influences? La réponse est immédiate, spontanée: les années 80 et 90, «mon univers quand j’étais petit». Longtemps jugée trop à la hâte désuète, la pop acidulée et légère de l’époque a aujourd’hui de nouveau le vent en poupe, à la grande joie du percussionniste. Ce qu’il aime avec Cachou-Cachou? «Les concerts, la technique, les compositions.» Et aussi «progresser», encore et encore.

Marie Gélis

Compositrice et directrice artistique

Avec son énergie créatrice, heureuse et contagieuse, elle a accompagné les artistes de Cachou-Cachou pendant près d’un an, des premières résidences de création rue du Tabac à Sélestat à l’enregistrement des cinq titres aux Downtown Studios à Strasbourg. La compositrice, chanteuse et claveciniste mulhousienne Marie Gélis a aidé le groupe à affiner et à affirmer son univers de pop épicée à la fois personnel et universel. La présence de cette musicienne accomplie, formée à la Schola Cantorum de Bâle, aujourd’hui enseignante de Strasbourg et Grenoble, a été essentielle dans la maïeutique de ce très attendu premier enregistrement, accouchant, au Conservatoire de Mulhouse, après être passée par ceux comme elle le fait pour Marie et son Complice ou Rose Babylone, de «textes tour à tour légèrement graves et gravement légers».

 


Revue de presse

« Avec cet album, le groupe, jusque là cantonné à des reprises – des Bee Gees à Bernard Lavilliers – affirme son identité. »
– Béatrice Roman-Amat, Agence France Presse
(article repris par plus de 20 quotidiens et magazines nationaux et régionaux en France, en Belgique et en Suisse)
« Quand ils se produisent sur scène, la magie opère. »
– Luc Dreosto, France Bleu
« Cet ensemble de cinq musiciens et deux chanteurs en situation de handicap développe depuis quelques années une pop épicée, pleine de sensibilité avec la volonté de partager leur musique sur scène comme n’importe quel autre groupe. »
– Espace Django, Strasbourg


Extraits de l’album

Jugez-moi (reggae)

Jugez la couleur de ma peau,
mes fesses dans le rétro (…)
Jugez mon style et mes kilos,
mon compte en banque et mes abdos (…)
Jugez ma gueule et mes amis,
mes cicatrices et ma folie…

Nous c’est Cachou (rock)

Tout c’qu’on fait ensemble,
on le fait avec le cœur
dans notre local autant
qu’sous les projecteurs (…)
Tout c’qu’on fait ensemble,
on le fait avec plaisir
La vie est plus belle quand
on échange des sourires…

Gwendolyne (ballade valsante)

Elle fait sa valise
Pour monter à Paris
Quitter sa vie grise
Et sortir de l’ennui (…)
Usée par la scène
La belle danseuse étoile
manquant d’oxygène
Décide de mettre les voiles…

Les couleurs de la vie (pop)

Laisser voler les oiseaux
Laisser courir le vent et le temps (…)
Laisser rêver les nuages
Laisser grandir la nuit et la pluie (…)
Laisser grandir les sages
La nature et la vie…

Retrouvez toutes les actualités